La Brandade de Nîmes

06:58 Le Bloog 0 Commentaire(s)



Une histoire entre mer et garrigue : La Brandade de Nîmes !

La brandade est née de la rencontre improbable entre le cabillaud de Terre Neuve au large du Canada avec le sel et l’huile d’olive du Languedoc.

Tout débute à Nîmes au 18ème siècle, à l’époque de la Route du Sel. Avant de partir pour une longue saison de pêche dans l’océan arctique, les grands Terre-neuvas de Saint-Malo s’approvisionnaient en sel pour mieux préparer et conserver la morue. Pour payer, les négociants pratiquaient le " troc ", méthode usuelle à cette période. C’est ainsi qu’à Aigues Mortes (Port de sel) des tonnes de morue sont échangées contre des sacs de sel. Ces morues séchées et salées convenaient parfaitement au climat sec et chaud du sud de la France.

L'histoire veut alors qu'une cuisinière Nîmoise eut une idée de génie : broyer la chair de morue dans un mortier de pierre du Pont du Gard, la délayer et la mélanger à des huiles fines et parfumées des garrigues locales. Naturellement, ce nouveau plat fut appelé "brandade". Du mot "brandado", participe passé de "brandar" qui signifie "remuer" en provençal.  La Brandade de Morue était donc née et fit rapidement l'unanimité grâce au cuisiner Durand qui la rendit populaire ! 

Ainsi, l’authentique Brandade est dépourvue de pommes de terre et ne peut provenir que de l’ancienne cité romaine : Nîmes !




0 commentaires: